Billetterie en ligne
https://www.oneinchdreams.com
Imprimer Partager
Vous êtes ici
Accueil /// Actualités
retour

/// Toutes les actualités

Équilibristes de l’extrême

Publié le 26 Septembre 2018

Ils sont slackeurs ou rooftoppers. Défiant les lois de l’équilibre avec un talent hors du commun et… un authentique grain de folie, ces performeurs ont fait des gratte-ciel des grandes métropoles leur terrain de jeu. En y laissant parfois leur vie.

  • Qu’ils soient sportifs de l’extrême ou jeunes inconscients, les nouveaux équilibristes urbains sont guidés par une même quête d’absolu : l’amour du risque et la recherche de sensations fortes. Leur pratique provient de la slackline (ligne lâche), une discipline née dans les années 1980 en Californie. Des grimpeurs aguerris utilisaient leur excédent de sangles pour franchir, tels des funambules, des gouffres entre deux parois d’escalade.

    Ce nouveau sport extrême s’est ensuite popularisé et propagé jusque dans les villes, le mobilier urbain et les immeubles offrant des possibilités infinies aux slackeurs. Le 9 décembre dernier, Nathan Paulin, recordman du monde de la plus longue distance parcourue sur une slackline (1662 mètres à 300 mètres de hauteur) a marché sur sa ligne tendue entre le premier étage de la Tour Eiffel et le Trocadéro. Une incroyable prouesse réalisée pour le Téléthon.


    Vertige garanti

    Si les slackeurs restent d’authentiques sportifs, les rooftoppers sont mus par la recherche de sensations fortes et la reconnaissance de leurs exploits sur les réseaux sociaux.

    Les explorations des toits des grandes villes sont apparues dans les années 2000 en Russie. Des images à couper le souffle prises depuis les faîtes des plus hauts buildings ou au sommet de grues ont encouragé les plus téméraires à se lancer à l’assaut des sommets de béton partout dans le monde. Une GoPro fixée au front, les trompe-la-mort évoluent sur les garde-corps à plus de 300 ou 400 mètres du sol sans aucune sécurité. Harry Gallagher, l’équilibriste des cimes, alias Night Scape, comptant plus de 897 000 abonnés sur sa chaîne Youtube est l’un des plus illustres représentants de la pratique. Nombreux sont ses imitateurs.

    Le phénomène du skyfalling, qui consiste à se faire prendre en photo, en contrebas, prend lui aussi de l’ampleur. C’est ainsi que la mannequin russe Viktoria Odintsova s’est rendue célèbre, au sommet d’un immeuble de Dubaï. Suspendue dans le vide, elle ne se tenait qu’à la main de son compagnon debout sur une corniche à 400 mètres du sol. La moindre défaillance lui aurait été fatale.

    Certains rooftoppers ont chèrement payé leur audace. Le 8 novembre 2017, le Chinois Wu Yongning a filmé sa propre mort. Alors qu’il exécutait des tractions, accroché au sommet d’un immeuble de 62 étages, sa caméra posée un peu plus loin, il a glissé et lâché prise. Sa vidéo devait lui permettre de gagner 1 500€ pour financer son mariage...

    Infiniment plus poétique, le spectacle de cirque pour enfants Titi tombe, Titi tombe pas du 24 octobre à l’espace Nino Ferrer de Dammarie-lès-Lys, impressionnera petits et grands grâce aux prouesses techniques de ses 2 comédiens équilibristes.

     

    Par Virginie Girod (TOUTécrit)